Publié le 20 Janvier 2016

La famille d'Hasna Aït Boulahcen, cousine d'Abdelhamid Abaaoud morte lors de l'assaut du Raid à Saint-Denis le 18 novembre dernier, cinq jours après les terribles attentats de Paris, a porté plainte contre X le 13 janvier avec constitution de partie civile pour "terrorisme, crime de meurtre et tout autre chef que l'enquête pourrait révéler" auprès du juge anti-terroriste Christophe Teissier, rapporte ce mercredi iTélé.

La jeune femme "n'est pas complice, n'est pas terroriste et pas non plus kamikaze. Le seul statut juridique qu'il lui reste, c'est victime du terrorisme", justifie Maître Fabien Ndoumou.

Hasna Aït Boulahcen est morte asphyxiée, sans doute à cause de l'explosion de la ceinture d'un kamikaze qui se trouvait dans la "planque" de Saint-Denis. Chakib Akrouh, un Belgo-marocain de 25 ans, a actionné son gilet alors qu'il se trouvait dans l'appartement avec Abdelhamid Abaaoud, coordonnateur des attentats de Paris, tué également par l’explosion, et sa cousine.

Selon l'avocat de sa famille, la jeune femme était sous la pression d'Abdelhamid Abaaoud mais elle n'a jamais voulu mourir en martyr.

Le conseil s'appuie notamment sur un enregistrement tourné pendant l'assaut et durant lequel la jeune femme hurle depuis une fenêtre : "C'est pas mon copain (...) Est-ce que je peux sortir, je veux sortir".

La plainte a toutefois peu de chance d'aboutir. Comme le rappelle un journaliste spécialisé police-justice d'Itélé, Hasna Aït Boulahcen a joué un rôle prépondérant dans la dissimulation de son cousin aux autorités.

Elle était en effet complice de ne pas avoir prévenu la police alors qu'elle avait rencontré Abdelhamid Abaaoud deux jours après les attentats, qu'elle lui avait fourni de l'argent et lui avait trouvé la fameuse planque de Saint-Denis.

La famille de Tarek Belgacem, l’homme qui a été abattu après avoir tenté d'attaquer le commissariat de police du quartier Barbès, à Paris, le 7 janvier, compte aussi porter plainte contre X pour homicide volontaire. C'est ce qu'a annoncé Nasr Azaiez, l’avocat du père de l'assaillant présumé.

Attentats de Paris : la famille d’Hasna Aït Boulahcen porte plainte

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 20 Janvier 2016

C'est un rapport édifiant que vient de publier l'ONU ce mardi sur les crimes commis par les djihadistes de Daech en Irak. La Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Irak (MANUI) et le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme déplorent la détention de plus de 3.500 personnes, réduites au rang d'esclaves, et provenant en premier lieu de la communauté des Yézidis.

Plus largement, l'ONU dénonce des actes pouvant équivaloir à "des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité, et peut-être à un génocide".

L'ONU a déploré mardi des "pertes civiles effarantes" en Irak, avec près de 19.000 civils tué en près de deux ans. Dans un rapport, les Nations unies dénoncent l'impact "grave et étendu" du conflit en Irak sur les civils, avec 18.802 civils tués et 36.245 blessés entre le 1er janvier 2014 et le 31 octobre 2015.

Par ailleurs, 3,2 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays depuis janvier 2014, dont plus d'un million d'enfants. Et les chiffres réels pourraient être beaucoup plus élevés que ceux documentés, prévient l'ONU.

Les souffrances endurées par les civils en Irak sont "terribles", souligne le rapport. La découverte de plusieurs charniers est également documentée dans le rapport, y compris dans des zones qui étaient sous le contrôle de l'EI et qui ont été ensuite reprises par le gouvernement.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 19 Janvier 2016

A l'invitation d'une députée verte, Pamela Anderson, ex-star d'"Alerte à Malibu ", va plaider pour la cause animale.

Pamela Anderson va tenir une conférence de presse pour dénoncer le gavage des volailles en pleine crise de grippe aviaire, suscitant la colère des producteurs français de foie gras.

Dans un communiqué du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog) qui les représente, ils se disent "profondément choqués" par cette conférence en présence d'une députée Europe-Écologie-Les Verts (EELV), Laurence Abeille, qui présente un projet de loi visant à promouvoir l'interdiction du gavage, à la source du foie gras.

Pamela Anderson, la blonde de Alerte à Malibu devenue végétarienne, est une militante de la cause animale. Pour les producteurs de foie gras, cette initiative est "indécente" au moment "où la survie de leur filière et de leurs exploitations est en péril et que des milliers d'emplois" sont menacés.

Le Cifog appelle les parlementaires à manifester leur soutien à la filière qui fait vivre selon lui 30. 000 familles en France et assure environ 100.000 emplois directs et indirects.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 19 Janvier 2016

Le tribunal administratif de Montpellier (Hérault) a suspendu, mardi 19 janvier, la délibération du conseil municipal de Béziers créant une "garde biterroise".

Qualifiée de "milice" par les opposants du maire proche du FN, Robert Ménard, cette garde devait être composée de "citoyens volontaires, dont l'expérience et la qualification (anciens gendarmes, militaires, policiers ou sapeurs-pompiers à la retraite) les amènent à apporter leur aide à la collectivité dans un contexte marqué par l'état d'urgence".

La préfecture de l'Hérault avait déposé, le 23 décembre, un référé pour annuler la délibération municipale créant cette garde et un référé en urgence pour la suspendre et s'assurer qu'elle ne s'applique pas sur le territoire de la commune. Selon Midi libre, le juge des référés précise que la délibération de la municipalité est dépourvue de fondement légal.

Le juge précise faire "application d'une jurisprudence constante, selon laquelle la police administrative constitue un service public qui, par sa nature, ne saurait être délégué".

"Il juge ainsi que les tâches de surveillance des bâtiments publics et de la voie publique sont partie intégrante, dans les communes, de la police municipale et doivent être exercées par le maire ou par des agents placés sous son autorité, sous le contrôle du représentant de l'Etat, et que le conseil municipal de Béziers ne pouvait en conséquence légalement confier à des particuliers les missions de surveillance de la voie publique ou des bâtiments publics", poursuit le jugement.

Mettant en avant "un doute sérieux sur la légalité de la délibération", le juge en ordonne la suspension et "enjoint" la commune de Béziers "de surseoir à la mise en place opérationnelle de la "garde biterroise" et de mettre fin à toute mesure d'information et de publicité la concernant, jusqu'à ce que le tribunal statue sur le fond de l'affaire".

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 18 Janvier 2016

Un groupe de militaires a été emporté ce lundi, en début d'après-midi, par une coulée de neige dans le secteur hors-piste du Petit Argentier, à Valfréjus (Savoie).

Onze skieurs d'un groupe d'une cinquantaine de militaires du 2e Régiment étranger de génie, basé à Saint-Christol selon France 3 Alpes, se sont fait emporter par une importante avalanche sur un secteur hors-piste de la station de Valfréjus, à 2.200 mètres d'altitude. Un premier bilan ferait état de cinq militaires décédés et de quatre légèrement blessés.

L'accident s'est produit alors que ces militaires sont actuellement en stage au Centre national d'aguerrissement en montagne de Modane.

Les secours sont rapidement arrivés sur place. Selon Le Dauphiné Libéré, "les CRS Alpes ont sorti six personnes de la coulée mais les recherches se poursuivent avec les pisteurs de la station, sept secouristes CRS, trois maîtres-chiens CRS" et plusieurs hélicoptères.

Savoie : cinq militaires meurent dans une avalanche

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 18 Janvier 2016

Trois mois après les violences qui ont secoué Moirans, la petite ville de l'Isère a été à nouveau ce lundi matin au coeur de l'actualité.

300 gendarmes se sont déployés aux abords d'un camp de gens du voyage installé en contrebas de la gare de cette commune de 8.000 habitants. Deux fourgons de gendarmerie en bloquaient les accès dans un périmètre de 200 mètres autour de la gare, fréquentée normalement. Aucun signe de tension n'était apparent.

Ce vaste coup de filet a conduit tôt ce lundi matin à l'interpellation de 15 personnes. Au total, 20 suspects sont recherchés par les forces de l'ordre, cinq sont donc encore dans la nature.

Une partie des personnes interpellées ne font pas partie de la communauté des gens du voyage. Leur profil précis n'a pas encore été communiqué. Ils sont cependant tous soupçonnés d'avoir participé à une série de violences le 20 octobre. Ils ont été arrêtés dans le cadre d'une information judiciaire contre X ouverte le 12 novembre par le parquet de Grenoble.

Les forces de l'ordre ont pu remonter jusqu'à plusieurs émeutiers car ils avaient pu être "photographiés ou vus avant qu'ils ne soient cagoulés", selon le procureur. Ce qui a d'autant plus facilité l'enquête que "certains étaient déjà fichés". Les gendarmes ont exploité également des éléments d'ADN, parmi d'autres moyens d'investigation.

Le 20 octobre, une centaine de personne s'en étaient pris à la gare, aux voies de la SNCF, avaient brûlé des voitures. Les émeutiers réclamaient qu'un détenu de 24 ans puisse assister aux obsèques de son frère de 17 ans ; ce dernier avait été tué dans un accident de la route le week-end précédant les faits, à bord d'une voiture volée, après avoir commis un cambriolage. Les violences n'avaient fait aucun blessé mais les dégâts avaient été très importants.

Ces violences avaient suscité des polémiques sur le terrain politique, la droite dénonçant un recul de l'Etat. Le gouvernement avait lui promis des interpellations et des sanctions.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 18 Janvier 2016

Alors que la commission d'instruction de la Cour de révision et de réexamen doit examiner le dossier de l'ex-trader lundi, Mediapart et 20 Minutes révèlent dimanche 17 janvier l'existence d'un enregistrement qui pourrait faire pencher la balance en sa faveur.

On y entend Chantal de Leiris, qui avait suivi l'affaire pour le parquet de Paris, déclarer que l'enquête avait été "manipulée" par la Société générale et que la banque était au courant des agissements de Jérôme Kerviel.

Chantal de Leiris, désormais vice-procureur du tribunal de grande instance de Paris, a été enregistrée à son insu l'été dernier par une policière, Nathalie Le Roy. Celle-ci dirigeait l'enquête sur Jérôme Kerviel en tant que commandante de la brigade financière, mais a été relevée de ses fonctions en mars 2015 après avoir fait part de ses "doutes" sur la procédures.

Des propos qu'elle a réitérées dans l'émission "Complément d'enquête" diffusée la semaine dernière sur France 2.

"Convaincue d’être dans le vrai, elle a décidé de poursuivre ses investigations, seule, et en dehors de tout cadre juridique", explique 20 Minutes. Après avoir réalisé l'enregistrement clandestin, elle a contacté David Koubbi, avocat de Jérôme Kerviel, pour lui remettre la bande sonore.

On y entend Chantal de Leiris, qui avait classé sans suite les plaintes déposées par Jérôme Kerviel contre son ancien employeur, expliquer à Nathalie Leroy qu'elle a été "entièrement manipulée par la Société générale" :

"Dans cette affaire, il y a des choses qui ne sont pas normales. Quand vous en parlez, tous les gens qui sont dans la finance rigolent, sachant très bien que la Société générale savait. La SG savait, savait… C’est évident. Evident ! Et alors, c’est vrai que sur le montant du préjudice, les 4 milliards et quelques de pertes, il n’y a aucune expertise. Il n’y a rien…", ajoute-t-elle également.

Depuis, Jérôme Kerviel a de nouveau porté plainte avec constitution de partie civile, entraînant l'ouverture d'une information judiciaire.

Déclaré coupable en première instance et en appel, Jérôme Kerviel a été condamné définitivement à cinq ans de prison dont trois ferme en avril 2014, mais la Cour de cassation avait alors rejeté la somme de 4,9 milliards d'euros de dommages-intérêts demandée par la Société générale, soit l'équivalent de sa perte, en reprochant à la banque d'avoir failli dans ses mécanismes de contrôle.


Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 17 Janvier 2016

Un bon jour "pour la région et pour le monde". C'est ainsi que le chef de la diplomatie iranienne, Mohammed Javad Zarif, a qualifié depuis Vienne la journée de samedi, quelques heures avant que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ne valide la mise en vigueur de l'accord sur le nucléaire iranien.

Dans la foulée, les Etats-Unis et l'Union européenne ont annoncé une levée progressive et contrôlée des sanctions qui brident l'économie de l'Iran.

Une évolution qui a toutefois suscité la colère de certains pays, notamment l'Arabie Saoudite et Israël, qui a réagi samedi en affirmant que Téhéran n'avait "pas abandonné ses ambitions de se doter d'armes nucléaires".

Six mois après la conclusion de l'accord nucléaire de Vienne, l'AIEA a certifié samedi que Téhéran avait bien respecté toutes ses obligations destinées à garantir la nature strictement pacifique de son programme nucléaire, mettant fin à un contentieux de plus de treize ans.

"L'Iran ayant rempli ses engagements, aujourd'hui, les sanctions économiques et financières multilatérales et nationales liées au programme nucléaire iranien sont levées", ont annoncé dans la foulée les chefs de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, et iranienne, Mohammad Javad Zarif, dans une déclaration commune à Vienne.

la levée de l'intégralité des sanctions économiques prises par l'Union européenne et les Etats-Unis sera échelonnée sur dix ans, et durant 15 ans les mesures pourront être automatiquement rétablies en cas de manquements de Téhéran. L'Iran, un pays de l'Opep, pourra notamment exporter à nouveau librement son pétrole.

L'Iran dispose des quatrièmes réserves de brut au monde, et des deuxièmes de gaz.

Ce rapprochement inédit entre l'Iran, les pays de l'UE et les Etats-Unis s'est également traduit samedi par l'annonce d'un échange de prisonniers sans précédent entre Téhéran et l'Etat américain, qui ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980.

Téhéran a ainsi libéré quatre Américano-Iraniens détenus en Iran, dont le journaliste du Washington Post Jason Rezaian, et Washington accorde sa clémence à sept Iraniens, dont six ont la double nationalité.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 16 Janvier 2016

L'ancien participant de l'émission Danse avec les stars avait posté sur les réseaux sociaux un selfie pris aux côtés de Jean-Marie Le Pen endormi dans un avion. L'ancien président du Front national réclame 50.000 euros, révèle Public.

Le chorégraphe avait posté le cliché sur Facebook le 12 décembre 2015 - la veille du second tour des élections régionales - avec un commentaire très politique :

"Mettez les KO demain en allant tous voter. Pour préserver notre France fraternelle!!!". La photo avait récolté plus de 196.000 likes et plus de 32.000 partages.

Dans sa plainte, Jean-Marie Le Pen réclame 50.000 euros à Brahim Zaibat, considérant que ce cliché nuit à son image et a contribué pour beaucoup dans la défaite du parti dirigé aujourd'hui par Marine, sa fille.

Le fondateur du FN demande enfin au danseur de publier sur ses réseaux sociaux un message déjà écrit dans lequel il expliquerait à ses internautes qu'il regrette son geste et qu'il est conscient de l'impact négatif qu'il a eu, sous peine d'une pénalité de 10.000 euros par jour.

Photo prise à son insu : Jean-Marie Le Pen poursuit Brahim Zaibat en justice

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 16 Janvier 2016

L'attaque terroriste à Ouagadougou (Burkina Faso) a fait au moins 27 morts de 18 nationalités différentes.

L'hôtel Splendid, qui compte 147 chambres, est fréquemment utilisé par des Occidentaux et par du personnel des agences onusiennes. Des contrôles de sécurité étaient en place à l'entrée, mais n'ont pu empêcher l'irruption des assaillants vers 19h45, vendredi 15 janvier, quand des tirs nourris et des détonations ont éclaté. Le commando a également visé un restaurant voisin, le Cappuccino.

L'affrontement a pris fin à la mi-journée à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, où des hommes armés qui appartiendraient au groupe al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) ont attaqué, vendredi soir, un hôtel de luxe et un restaurant fréquentés par des Occidentaux.

Les forces de sécurité ont lancé, tôt ce samedi matin, l'assaut contre l'hôtel Splendid, première cible de l'attaque, dans lequel des islamistes présumés étaient retranchés avec des otages. Deux groupes de forces spéciales ont pénétré dans le bâtiment, qui était partiellement en feu aux premières heures du jour.

Le commando djihadiste aurait piégé avec des explosifs l'accès aux étages supérieurs de l'hôtel Splendid, ralentissant la progression des forces spéciales. En parallèle, un deuxième assaut a été mené sur le café Cappuccino, situé en face du Splendid. Les forces de sécurité ont réussi à libérer 126 personnes, dont 33 blessées. Parmi elles figurait le ministre du Travail burkinabè, Clément Sawadogo.

Le bilan est de 27 personnes tuées au cours de l'attaque et 150 évacuées vers un centre de soins. Dix-huit nationalités sont représentées.

Trois djihadistes ont été tués par les forces spéciales françaises, qui ont apporté leur soutien aux forces Burkinabè, appuyées par les forces américaines.

François Hollande a dénoncé "l'odieuse et lâche attaque qui frappe Ouagadougou", dans un communiqué publié samedi matin. Il précise que "les forces françaises apportent leur soutien aux forces burkinabées". Le premier ministre Manuel Valls a quant à lui affirmé qu'en frappant le Burkina Faso, "les terroristes ont de nouveau frappé le monde".

Dans un dernier bilan, le ministre de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, parlait ce samedi soir de 29 tués et une trentaine de blessés. Par ailleurs "176 personnes ont pu être secourues", a-t-il dit.

Deux Français originaires de l'Oise et un Portugais vivant de longue date en France, salariés de la même entreprise de transports et levage du Val-d'Oise, figurent parmi les tués.

- Eddie Touati 54 ans, était père de deux enfants, un garçon de 26 ans et une fille de 22 ans. Il travaillait comme "responsable d'équipe" chez Scales, a précisé la maire de Beauvais dans un communiqué publié dans la nuit.

- Arnaud Cazier 41 ans, était marié et père d'une fille. Il habitait une autre petite commune, Crillon, à 17 km de la préfecture de l'Oise.

- Antonio Basto 52 ans, était également employé de l'entreprise. Il résidait à Bosc-Hyons, en Seine-Maritime.

Les trois hommes étaient en voyage d'affaires, dînaient ensemble dans le restaurant "Le Cappuccino" prisé des Occidentaux et devaient rentrer en France dimanche soir.

Les corps de trois jihadistes ont été identifiés, tous des hommes, a précisé dans la soirée Simon Compaoré. Ils ont péri au cours de l'assaut mené durant une douzaine d'heures par les forces de l'ordre burkinabè, appuyées par des forces spéciales françaises et américaines.

L'action a été revendiquée dans la nuit par le groupe jihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), qui l'a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar.

Attentats : au moins 27 morts de 18 nationalités différentes à Ouagadougou

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0