Publié le 4 Février 2017

Un Égyptien de 29 ans soupçonné dans l'attaque au Carrousel du Louvre

Un homme muni de deux machettes a attaqué une patrouille militaire de l’opération Sentinelle vendredi matin 3 février au Carrousel du Louvre. Un militaire a été légèrement blessé. 

L’agression a eu lieu vers 10 heures, dans un escalier qui mène à la galerie marchande du Carrousel du Louvre. Cet espace donne accès au musée le plus fréquenté du monde, mais est situé en amont des contrôles de sécurité. Un homme brandissant une machette s’est précipité vers quatre militaires de l’opération Sentinelle en proférant des "menaces" et en criant "Allah Akbar".

L’intervention d’une patrouille de militaires au Carrousel du Louvre a mis fin à une "action terroriste" et conduit à "l’interpellation de son auteur dont tout indique qu’il était très déterminé", a expliqué le procureur de Paris François Molins. Blessé lors de l’attaque par les tirs des militaires, le pronostic vital de l’assaillant est "très engagé". Un militaire a été blessé au cuir chevelu et s'est vu prescrire 10 jours d'incapacité de temps de travail.

Les investigations doivent permettre de "déterminer le parcours mais aussi les motivations de l’auteur et découvrir notamment s’il a agi seul, spontanément, ou au contraire sur instruction", a expliqué François Molins.

L’identité de l’homme n’est "pas formellement établie" mais les investigations ont permis de porter les soupçons sur un Égyptien de 29 ans résidant aux Emirats arabes unis (EAU), a déclaré le procureur de la République de Paris. 

Toutefois, selon les données trouvées dans le téléphone et sur la plateforme Visabio, il s'agirait d'un Égyptien de 29 ans. La photo présente dans Visa Bio correspond à celle de l'assaillant. Inconnu des services en France, il ne figure pas au Fichier automatisé des empreintes digitales.

Des sources proches de l'enquête ont confié à l'Express, son nom : Abdallah E-H.

Les comptes  Facebook et Twitter correspondant à cette identité,  ont été consultés par RTL et 20 minutes avant d'être rendus inaccessibles.

Le suspect y apparaît comme responsable des ventes dans une entreprise de conseil environnemental basée aux Émirats arabes unis. Suivi par 154 personnes sur Facebook, marié depuis 2014 et amateur de football, il aurait deux frères. Ce compte, désormais rendu inaccessible comporte de nombreux posts en rapport avec la religion.

Sur Twitter, l'assaillant présumé écrit en anglais, le 26 janvier, qu'il "voyage vers Paris France depuis l'aéroport international de Dubaï", ce qui correspond à la chronologie donnée par le procureur de la République de Paris, vendredi soir.

Entre 9h27 et 9h34, il publie une douzaine de messages en arabe.  Il dit notamment agir "au nom d'Allah (...) pour nos frères en Syrie et les combattants du monde entier" et fait référence à  "l'État de l'Islam (Dawlat al-Islam)", formule habituellement utilisée par les soutiens de Daesh.  "Aucune négociation, aucun compromis...aucune reculade, guerre implacable", écrit-il dans son ultime message.

Contacté par 20 Minutes, l'un de ses amis égyptiens sur Facebook déclare :  "Je ne peux pas croire qu'il ait pu faire un truc pareil, il n'est pas violent. Certains membres de sa famille sont des policiers. Seul un fou peut faire un truc comme ça, et il n'est pas fou. Ce n'est pas possible, il a dû se faire voler son portable ou son passeport."

L’assaillant présumé, "résidant aux Émirats arabes unis", avait déposé une demande visa touristique pour la France le 30 octobre 2016. Le titre avait été délivré pour un séjour du 20 janvier au 20 février, a encore indiqué le procureur.

"Le 26 janvier 2017, il est arrivé à Paris Charles-de-Gaulle en provenance de Dubaï, son vol retour étant prévu le 5 février, et a emménagé le jour même pour une semaine moyennant un montant de 1.700 euros un appartement situé dans le VIIIe arrondissement" qui a été perquisitionné dans l’après-midi, a-t-il ajouté.

L’auteur présumé de l’attaque avait acheté le 28 janvier deux machettes dans une armurerie parisienne. "Les deux machettes présentant un numéro de série, les enquêteurs ont pu remonter jusqu’à leur achat, dont on sait qu’il a été réalisé par un individu se présentant comme Égyptien pour un montant de 680 euros payé en liquide", a-t-il encore ajouté.

Le samedi 4 février, le pronostic vital de l'assaillant n'est  plus engagé. Le corps médical l'ayant déclaré "audible", il a été placé en garde à vue à 18h45 à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, où il pourra être interrogé par les enquêteurs.

Un Égyptien de 29 ans soupçonné dans l'attaque au Carrousel du Louvre

Le suspect a été entendu dimanche matin 5 février pour la première fois sur son lit d’hôpital, mais a refusé pour le moment de parler aux enquêteurs, selon une source judiciaire qui a précisé qu’il devait être réentendu dans l’après-midi.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 30 Janvier 2017

Achat voiture : livraison retardée, faites valoir vos droits

Pris entre son client et son fournisseur (constructeur, concessionnaire, …), le vendeur de voitures fait souvent office de tampon, lorsqu’il y a un retard dans la livraison d’un véhicule neuf ou d’occasion. Il doit alors composer avec son acheteur bien souvent remonté, voire au bord de la crise de nerfs et user de diplomatie pour expliquer, parfois l’inexplicable !. 

Comme en vertu de la loi du 28 juin 2000, le vendeur doit préciser une date de livraison (article L 114-1 du code de la consommation), pour tout contrat de vente de plus de cinq cent euros, il lui est difficile de chercher à s’exonérer de son engagement de livrer au jour J. Charge à lui de s’assurer du jour de la signature du bon de commande à la remise des clefs que son fournisseur met tout en oeuvre afin de livrer à la date et à l’heure convenues contractuellement. 

Sauf cas de force majeure, définie comme un événement grave, insurmontable, imprévisible et irrésistible, c’est-à-dire contre lequel le vendeur ne peut rien, une catastrophe climatique ou industrielle par exemple.

À ce terme, passé d’un délai de 7 jours, à partir du jour suivant la date de livraison prévue, ( les samedis, dimanches et jours fériés compris), l’acheteur peut dénoncer la vente sous soixante jours, par lettre recommandée avec avis de réception. La vente est annulée dès que le vendeur reçoit ce courrier, sauf si la livraison est intervenue entre temps. Les sommes versées à la commande sont alors restituées dans les plus brefs délais. Si une reprise de véhicule était conjointe à la vente, l’annulation de cette dernière entraîne la rupture du contrat de reprise. 

En dépit du retard, si le consommateur souhaite malgré tout maintenir sa commande, il mettra en demeure le professionnel de le livrer dans un délai donné (sous quinzaine, par exemple), par courrier recommandé avec demande d’avis de réception. En contrepartie du désagrément causé, un geste commercial peut aussi être sollicité.

Le vendeur professionnel est tenu de livrer un véhicule, neuf ou d’occasion, conforme aux spécificités mentionnées sur le bon de commande : modèle, couleur, accessoires, etc. (article L. 211-4 du Code de la consommation). 

Si c’est un particulier qui vend, il doit délivrer un véhicule qui correspond bien au descriptif de l’annonce diffusée dans la presse ou en ligne (article 1604 du Code civil).

Si le véhicule livré n’est pas conforme – parce qu’un accessoire ou une option (GPS, sièges sport…) manque, parce que la couleur est mate au lieu d’être métallisée, par exemple –, l’automobiliste peut demander au vendeur l’exécution conforme de sa commande ou, à défaut, pour les cas plus graves, son annulation et le remboursement des sommes déjà versées.

En cas de manquement mineur, la recherche d’une solution amiable est à privilégier. Il est toujours plus facile, plus rapide et moins onéreux d’obtenir un geste commercial (un nouvel équipement ou une remise supplémentaire) du vendeur que de saisir un tribunal !

Bon à savoir : D’après la jurisprudence, une voiture est considérée comme neuve si elle n’a jamais été immatriculée. Résultat, si un véhicule déjà immatriculé est vendu comme neuf, il y a tromperie (arrêt du 24 janvier 1996 de la chambre criminelle de la Cour de cassation, pourvoi n° 93-83.830). Il s’agit d’un délit puni au maximum par une amende de 37.500 € et/ou de deux ans de prison (article L. 213-1 du Code de la consommation).

La tromperie peut aussi être constitutive d’un "vice du consentement", à condition de prouver que le consommateur n’aurait pas acheté le véhicule s’il avait eu connaissance de l’information (article 1116 du Code civil).

Si une voiture vendue pour neuve s’avère être une voiture dite "de collaborateurs" ou d’exposition ayant déjà été immatriculée, le consommateur peut demander au vendeur une réduction de prix voire l’annulation de contrat.

Si le particulier souhaite obtenir l’annulation de la vente, à défaut d’accord amiable, il devra saisir la juridiction civile, en invoquant l’existence d’un vice du consentement. Mieux vaut consulter un avocat pour choisir la meilleure stratégie de défense.

En revanche, s’il vise à faire sanctionner le professionnel et obtenir des dommages et intérêts, il invoquera une tromperie en déposant plainte auprès du commissariat de police ou du bureau de gendarmerie ; ou alors en saisissant la direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP). Leurs coordonnées sont disponibles sur le site http://www.economie.gouv.fr/dgccrf

La voiture que vous avez achetée ne fonctionne pas : 


- Achetée neuve, une voiture bénéficie de garanties légales et commerciales, ce qui simplifie les recours de l’acquéreur. 

- En revanche, pour une voiture d’occasion, sauf à bénéficier d’une garantie commerciale et en dehors des cas avérés de tromperie ou de vice caché, l’acheteur reste relativement démuni.

Pour un véhicule neuf, le propriétaire se rapprochera au plus vite du vendeur professionnel pour obtenir une prise en charge des réparations au titre, selon les cas, de la garantie commerciale, de la garantie de conformité ou des vices cachés.

En cas d’échec, contact peut être pris avec le constructeur, notamment si des forums sur Internet révèlent des problèmes sur cette série par exemple. L’objectif de la négociation amiable consistera à obtenir la prise en charge des réparations voire, dans les cas les plus graves, c’est-à-dire lorsque la sécurité du conducteur et des passagers est mise en danger, le remplacement du véhicule.

Pour un véhicule d'occasion, Il convient de contacter le vendeur professionnel pour vérifier si une garantie commerciale peut jouer. À défaut, avec un véhicule d’occasion, il n’est pas rare de devoir faire face à des pannes nécessitant des réparations et/ou le remplacement de pièces, sans possibilité de se retourner contre le vendeur.

Avant d’engager toute démarche contentieuse, si le véhicule est affecté de graves dysfonctionnements, il est  recommandé de faire réaliser un diagnostic par un garagiste voire par un expert en automobile. Ils détermineront avec précision si la panne peut être prise en charge par le vendeur ou par le fabricant au titre d’une garantie, commerciale ou légale.

Certains contrats multirisques habitation ou d’assurance automobile incluent une garantie protection juridique susceptible de dispenser gratuitement de précieux conseils juridiques, voire de couvrir tout ou partie des frais d’expertise.

LETTRE TYPE : RÉSILIER UN CONTRAT POUR UN RETARD DE LIVRAISON

Achat voiture : livraison retardée, faites valoir vos droits

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 30 Janvier 2017

Le dimanche 29 janvier 2017, à La Villette, dans le XIXᵉ arrondissement de Paris, plus de 15.000 personnes étaient réunies pour soutenir François Fillon. 

Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images
Le Grand rassemblement de La Villette en images

Le Grand rassemblement de La Villette en images

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 27 Janvier 2017

Mercredi 25 janvier, l'hebdomadaire "Canard enchaîné" révélait que Penelope Fillon aurait perçu "environ 500.000 euros brut sur les caisses parlementaires" en tant qu'attachée parlementaire de son mari. Elle aurait également perçu de l'argent de La Revue des deux mondes.

Dans ses rares apparitions dans les médias, Penelope Fillon a toujours martelé, qu'elle n'avait pas d'engagement politique, si ce n'est d'accompagner son mari, François Fillon. Des déclarations qui sont aujourd'hui mises en lumière alors que le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire, mercredi 25 janvier, pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits, sur les activités d'attachée parlementaire de Penelope Fillon.

En mai 2007, lorsque François Fillon est nommé Premier ministre, Penelope Fillon, discrète comme toujours, assure devant la caméra de France 2 qu'elle "sera, comme toujours, derrière à soutenir la famille et lui-même [son mari]. Voilà, c'est tout."

Dans un autre portrait du Premier ministre, diffusé en juin 2008, Penelope Fillon répétait : "Je n'ai pas de rôle, je l'accompagne de temps en temps comme ça, ça se limite à ça". Et dans une interview accordée au Bien public, en octobre 2016, elle assurait de nouveau que "jusqu'à présent, je ne m'étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari".

François Fillon a assuré, jeudi 26 janvier, au journal de 20 heures de TF1, qu’il renoncerait à la présidentielle s’il était "mis en examen" dans l’affaire de l’emploi supposé fictif de sa femme, Penelope Fillon, employée comme collaboratrice parlementaire auprès de lui lorsqu’il était député.


Pour l’heure, l’ex-premier ministre a vigoureusement contesté les accusations d’emploi fictif, assurant qu’il n’y avait "pas le moindre doute" sur l’emploi "légal", et "parfaitement transparent" de sa femme. "Ce travail est réel, je m’en expliquerai évidement avec la justice", a-t-il poursuivi.


Le candidat de droite à la présidentielle a expliqué que Penelope Fillon travaillait pour lui "depuis toujours". Elle a "corrigé mes discours", "reçu d’innombrables personnes qui voulaient me voir et qui ne pouvait pas me voir", m'a représenté dans des manifestations et des associations" et fait "la synthèse de la presse", a-t-il ainsi énuméré.

Avant de qualifier "d’abjectes" les accusations la visant, destinées selon lui à "abattre" sa propre candidature.

Pour M. Fillon, "on voit bien que, derrière ça, la vraie question c’est comment combattre celui qui a gagné la primaire de la droite et du centre".

Interrogé sur le fait que sa femme était toujours restée en retrait de la vie politique, alimentant les soupçons sur sa réelle activité, François Fillon explique :
"Elle n’a jamais fait de politique au sens où elle n’a jamais été en première ligne. [...] Elle faisait un travail pour moi qui était quotidien. [...] Tout le monde le savait, il y a des services de l’Assemblée nationale, une alternance politique, des déclarations au fisc. Tout cela est transparent."

François Fillon a également révélé qu’il avait employé deux de ses enfants, avocats, lorsqu’il était sénateur de la Sarthe, entre 2005 et 2007. Il a enfin ajouté qu’il allait "porter plainte contre les journaux qui affirment que [s]a femme avait un emploi fictif".

Si les révélations du Canard enchaîné ont fait beaucoup de bruit et obligé François Fillon, le candidat de la droite et du centre à être sur la défensive, un tweet de Rachida Dati datant d'il y a deux ans et demi prend une autre signification.

Nous sommes en juillet 2014. L'ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy est mise en cause par le journal satirique (déjà !) à propos de factures téléphoniques remboursées par le parti. Utilisant Twitter pour se défendre, elle en profite pour tacler l'ex-Premier ministre, qui dirige à ce moment-là avec Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin l'UMP (devenue Les Républicains). À l'époque, la charge est virulente.

Le premier tweet laisse songeur : "L'habit ne fait pas le moine. Que François Fillon soit transparent sur ses frais, ses collaborateurs et Force républicaine [le club de réflexion de Fillon, NDLR] !" écrit-elle le 9 juillet à 9 h 59. 

Puis : "Mais la théorie de la bonne apparence dont se sert allègrement François Fillon n'autorise pas tout, y compris des méthodes de voyous !" 

Pour enfin conclure : "Ce n'est pas de ma faute ni celle de quiconque si François Fillon a accepté d'être humilié pendant 5 ans par Nicolas Sarkozy ! »

 Vendredi 27 janvier, les premières auditions ont débuté :

- Michel Crépu, l'ancien directeur de la Revue des deux mondes. Les policiers veulent connaître la réalité du travail de Penelope Fillon au sein de sa revue, rémunérée selon le Canard enchaîné, 5.000 euros par mois. François Fillon assure n'en avoir jamais eu connaissance.

- Christine Kelly, auteure d'une biographie de François Fillon en 2007. Elle a dû détailler ce qu'elle savait du rôle politique de Penelope Fillon auprès de son époux. 

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a indiqué à franceinfo avoir transmis aux enquêteurs les déclarations de patrimoine et d'intérêt effectuées par François Fillon comme député, sénateur et ministre.

La HATVP a reçu une réquisition judiciaire lui enjoignant de transmettre le dossier de François Fillon.

À la fin de son enquête préliminaire, le parquet peut classer sans suite le dossier, s'il estime les charges inexistantes ou insuffisamment étayées. Il peut a contrario délivrer une citation directe, s'il estime qu'il y a des charges suffisantes pour juger la personne soupçonnée d'un délit directement par le tribunal correctionnel. 

Concrètement, le mis en cause est jugé sans avoir été mis en examen.

Le parquet peut enfin décider l'ouverture d'une information judiciaire avec la saisine d'un juge d'instruction. Instruisant "à charge et à décharge", ce magistrat est saisi lorsqu'il est nécessaire de réaliser des investigations plus complexes ou pour éviter tout procès d'intention ou suspicion sur l'existence de pressions ou de manipulations politiques. 

Le juge d'instruction met des suspects en examen, dès lors qu'il dispose d'"indices graves et concordants" à leur encontre.

Une mise en examen de François Fillon semble toutefois peu probable compte tenu des délais avant l'élection présidentielle du 7 mai. Et s'il était élu, François Fillon bénéficierait alors, comme tout président, d'une immunité durant son mandat qui repousserait de cinq ans l'hypothèse d'éventuelles poursuites.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 26 Janvier 2017

"Nous sommes en face d’une chance formidable pour la sécurité et l’avenir d’Israël", s’est réjoui, en début de semaine, le premier ministre Benyamin Netanyahou au sujet de l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.

Son enthousiasme tranche avec la rancœur exprimée après le vote, le 23 décembre dernier, d’une résolution des Nations unies condamnant la colonisation des territoires palestiniens par l’État hébreu, qualifié de "puissance occupante". Les États-Unis s’étant pour une fois abstenus de mettre leur veto, Benyamin Netanyahou avait alors dénoncé "un coup anti-israélien honteux" orchestré par le "gouvernement Obama".

Les multiples signes de soutien à la colonisation envoyés par Donald Trump ont encouragé le gouvernement israélien à passer à l’action dès son investiture passée. En trois jours, deux annonces ont ainsi contrecarré le fragile élan né du vote du 23 décembre aux Nations unies et de la conférence pour la Paix au Proche-Orient, organisée le 15 janvier à Paris, qui a conduit à la réaffirmation de la solution à deux États comme seule issue au conflit israélo-palestinien.

Le gouvernement a annoncé, mardi 24 janvier, la construction de 2.500 logements en Cisjordanie occupée, pour la plupart dans des colonies existantes, dont près de 900 dans celle d’Ariel, qui compte 20.000 habitants au cœur des territoires palestiniens.

Il s’agit de "l'annonce la plus importante", selon l’ONG israélienne Peace Now.

Dimanche 22 janvier, la mairie de Jérusalem avait autorisé la construction de 566 logements dans trois zones de colonisation et de 105 autres logements dans des quartiers palestiniens de Jérusalem-Est, partie de la ville annexée par Israël. "Nous avons des plans pour la construction de 11.000 logements qui attendent des autorisations", avait alors ajouté Meïr Turjeman, l’adjoint au maire de la ville sainte.

Le transfert de la chancellerie américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, annoncé par Donald Trump avant son élection et préconisé par son nouvel ambassadeur, David Friedman, à la tête d’une organisation finançant la colonie de Beit-El, près de la ville palestinienne de Ramallah reviendrait à reconnaître la souveraineté d’Israël sur la ville sainte, où les Palestiniens entendent pourtant établir leur capitale.

Plusieurs responsables ont souligné son caractère explosif, en Palestine et dans le monde arabo-musulman en général.

Finalement le transfert ne figure pas parmi les toutes premières priorités du président américain, a rassuré la Maison-Blanche. 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 21 Janvier 2017

La Canebière va être en fête un dimanche par mois et ça va commencer dès le dimanche 29 janvier.

Le dernier dimanche de chaque mois, la Canebière sera animée autour d'évènements culturels variés : concerts, expositions, arts numériques, art dans l'espace public...

Grâce à la participation des acteurs culturels marseillais, la Canebière deviendra la vitrine artistique de Marseille et de la Provence.

"Les Dimanches de la Canebière" sont destinés à rassembler petits et grands autour de ces rendez-vous mensuels inédits et ouverts à tous. la Canebière va appartenir aux piétons une journée par mois.

Le mardi 17 janvier, il suffisait de voir le très nombreux et très divers public qui se pressait à la conférence de presse de présentation de ce dispositif qui, comme l’expliquera Sabine Bernasconi, maire (LR) des 1er et 7e arrondissements et vice-présidente du conseil départemental :
 
"Ce n’est pas un simple projet d’animation culturelle mais une préfiguration du centre-ville de demain avec un espace public apaisé, l’affirmation de son identité culturelle et la prédominance du numérique. Voilà notre vision et ce sera une réalité un dimanche par mois". Avant de préciser immédiatement : "Ce n’est pas un projet qui vient d’en haut, il a, dès le départ, été construit avec les acteurs culturels, associatifs, économiques et les habitants".
 
Et d'ajouter "Notre ambition est de favoriser une ville inclusive où l’on trouve l’ensemble des populations, des commerces, des administrations. Un centre devenant un Living Lab, initiative qui regroupe des acteurs publics, privés, des entreprises, des associations, des acteurs individuels, dans l’objectif de tester [grandeur nature] des services, des outils ou des usages nouveaux".

Le 29 janvier, premier dimanche du projet, ce sera plus d’une quarantaine d’animations qui seront proposées de 10h à 17h. Pour ouvrir cette journée placée sous le signe de la culture et de l’art, une grande parade descendra du haut de la Canebière réunissant des garçons de pistes et d’immenses girafes… Le numérique sera aussi à l’honneur avec Seconde Nature et ZINC, lesquels, dans le cadre du festival Chroniques, invitent à redécouvrir le patrimoine marseillais à travers une exploration d’oeuvres numériques.

La piétonisation sera effective tous les derniers dimanches de chaque mois à partir du 29 janvier, de 9 h 30 à 17 h 30, sauf en juillet-août et le 31 décembre 2017. Elle s'étend de la rue Albert 1er aux Réformés, avec un seul axe traversant, Dugommier. Cette mesure satisfait largement les commerçants.

Parmi les nombreuses animations proposées :

au 49 la Canebière , devant l'AGAM et la Soleam
tous les derniers dimanches de chaque mois de 11h à 17h - gratuit

La Fabulerie propose un espace d’écriture numérique, associant le dispositif de réalité virtuelle "ICI DEMAIN" dans lequel les passants pourront imaginer et mettre en scène dans un environnement 3D, leurs idées pour la ville de demain. Pour cela, ils s’appuieront sur leur imagination et du matériel créatif papier. Régulièrement, l’application immersive sera mise à jour avec les contributions des passants.

Pour en savoir plus sur la programmation : Cliquez sur le lien ci-après...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 19 Janvier 2017

"Attrapons le patriarcat par les couilles !" Comme le relaie le journal Publico (en espagnol), c'est ce qu'a crié une militante espagnole du groupe féministe Femen lorsqu'elle s'est introduite, les seins nus, dans le musée de cire de Madrid (Espagne), mardi 17 janvier, le jour de la cérémonie de dévoilement de la statue de Donal Trump.
 
La jeune femme à placer sa main sur l'entrejambe de la statue, afin de protester contre le nouveau président des États-Unis. Une référence à la polémique autour des propos du milliardaire américain, qui avait affirmé que, lorsqu'on est une star comme lui, on peut "attraper" les femmes "par la chatte".
 
La revendication de l'opération anti-Trump n'a pas tardé sur le compte Twitter (en espagnol) de Lara Alcázar, leader des Femen en Espagne.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 16 Janvier 2017

Des installations construites sans permis, disent les autorités israéliennes. Pourtant, l'instigateur du projet est une institution parmi les plus influentes au monde : l'Union européenne. Si l'UE est passée outre l'interdiction israélienne, c'est qu'elle considère qu'Israël occupe ces territoires sans fournir le minimum vital aux populations locales.
 
Une école d'une bourgade palestinienne, construite par la France, a par exemple été détruite en pleine nuit. 22. 000 euros avaient été investis par la France. D'autres projets sont déjà prévus en Cisjordanie, le bras de fer risque de se poursuivre.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 16 Janvier 2017

Baisse de l'impôt sur le revenus dès janvier 2017

Cette baisse d'impôts, annoncée l'été dernier par le gouvernement, doit bénéficier au total à cinq millions de contribuables parmi les classes moyennes, a rappelé dimanche 15 janvier le ministère de l'Économie et des Finances dans un communiqué.

Bercy, rappelle que cette baisse d'impôt d'un milliard d'euros "portera à 6 milliards le montant total des baisses d'impôt sur le revenu décidées par le gouvernement" sur la seconde moitié du quinquennat. Il s'agit "de rendre aux Français une partie des efforts fournis pour la remise en ordre de nos finances publiques".

Cette mesure, qui entrera donc en vigueur avant l'élection présidentielle, représente au total un milliard d'euros. Elle concerne à taux plein les couples gagnant jusqu'à 3.400 euros de salaire net et les personnes seules gagnant jusqu'à 1.700 euros. Ces limites sont majorées pour les familles, par exemple jusqu'à 4.800 euros pour un couple avec trois enfants.

Les personnes ayant un revenu fiscal de référence inférieur à 18.500 euros auront une réduction d'impôt de 20%. Ceux qui ont un revenu fiscal compris entre 18.500 et 20.500 euros auront une réduction d'impôt inférieure à 20%.

En pratique, "afin que la mesure profite rapidement au pouvoir d'achat des Français, les foyers qui sont mensualisés pourront en bénéficier dès janvier 2017, ceux réglant leurs impôts par tiers, dès le premier tiers provisionnel de février 2017", souligne Bercy.

Chacune des échéances sera automatiquement diminuée par les services des impôts. Les foyers concernés ont été avisés de cette évolution sur leur échéancier 2017.

Baisse de l'impôt sur le revenus dès janvier 2017

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 14 Janvier 2017

Garçon de 8 ans torturé et noyé. Un couple en détention
Près de Nantes, à Saint-Herblain, dans le quartier de la Crémetterie, les parents ont appelé les secours mercredi 11 janvier après-midi vers 17 h 15 pour signaler que leur enfant David âgé de 8 ans, s’était noyé dans son bain. Très vite, pompiers et policiers ont eu des doutes sur la nature du décès.
 
Des menottes et des colliers de serrage en plastique ont été découverts dans l’appartement. Une enquête pour recherche des causes de la mort a été ouverte par le procureur. Des témoins ont été entendus et ont indiqué avoir entendu des cris.
 
L’autopsie a conclu à un décès par noyade de l'enfant. Il présentait des traces de liens sur les poignets et les chevilles.
 
Depuis plusieurs mois, l'enfant aurait, "de manière régulière, fait l'objet de sévices très appuyés, de coups et à certaines occasions était entravé par des liens", a expliqué une source judiciaire.
 
Le beau-père, et la mère du garçon, ont été mis en examen vendredi 13 janvier à Nantes et placé en détention provisoire pour meurtre et tortures. Le couple était sans antécédent judiciaire.
 
Il ressort des auditions, et des différents éléments d’enquête, que l’enfant aurait été soumis à des actes de maltraitance durant les heures précédant sa mort. Il aurait ensuite été plongé dans la baignoire remplie d’eau froide, pieds et poings liés par des cordelettes. En garde à vue, la mère a évoqué "la punition de la baignoire".
 
Le couple est soupçonné, selon le quotidien Presse Océan, d'avoir déjà infligé par le passé et à plusieurs reprises, "la punition de la baignoire" au jeune garçon. Deux autres enfants de la famille, âgés de 18 mois et 3 ans, étaient présents dans l’appartement. Le procureur les a fait placer par l’aide sociale à l’enfance.
 
La famille était inconnue des services sociaux. Le petit garçon de huit ans venait d’arriver de Côte d'Ivoire pour rejoindre sa mère, au mois d’août. Âgée de 26 ans, celle-ci était venue en France en 2008 pour poursuivre des études de droit. Elle était actuellement femme au foyer. Agé de 31 ans, son compagnon travaillait comme ouvrier au moment des faits.
Garçon de 8 ans torturé et noyé. Un couple en détention

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0