Publié le 10 Mai 2022

Excédés par la violence de squatteurs, une soixantaine de locataires d'une résidence privée du 15e arrondissement de Marseille ont décidé de quitter leurs appartements. Ces squatteurs sont principalement des Nigérians sans papiers qui ont progressivement pris possession d'immeubles vétustes.

Dans la barre "G" de la cité du Parc Kalliste, qui compte 129 logements, plus de la moitié serait ainsi squattée.

Sur twitter RFI a publié ce reportage suivi de la réponse de Madame Samia Ghali, sénatrice et adjointe au maire de Marseille.

"À  Marseille, des affrontements entre gangs nigérians dans la cité #Kalliste ont obligé une trentaine d'habitants effrayés à quitter leurs appartements".

🎧 Reportage @YoramMelloul  #RFImatin 👇

Et dans l'émission de #ApollineMatin. Le week-end dernier, cinq familles ont dû être évacuées de la cité Kalliste à Marseille, après de violents affrontements entre des groupes de la communauté nigériane.

Une vidéo sur twitter montre la violence que ces Nigérians exercent sur les habitants du Parc Kalliste :

"À Marseille dans le quartier Kalliste, des migrants Nigérians ont agressés à coup de marteau et barre de fer un Maghrébin pour squatter son appartement. Une autre personne s'est interposé afin de lui porter secours mais s'est fait lyncher à son tour".

Un ancien habitant du Parc Kalliste témoigne sur twitter : 

13015 Marseille, parc Kalliste, des cités comme des "bidonvilles verticaux" "Quand j'ai acheté ici, il y a 36 ans, ce n'était pas le grand luxe, mais c'était mignon. Il y avait des jardinières, des fleurs. Et maintenant, regardez dans quel état c'est"

Une enquête judiciaire a été ouverte :

Dans un communiqué, le préfet des Bouches-du-Rhône confirme qu'une série d'événements des coups de feu entendus et une tentative d'incendie a provoqué ce week-end un climat de tension à la cité du Parc Kalliste, à Marseille 15.

"Ces événements ont fait l'objet d'une intervention immédiate des forces de l'ordre samedi 30 avril et d'une sécurisation renforcée des lieux. Des enquêtes judiciaires ont été ouvertes, qui devront faire toute la lumière des faits". 

Cinq familles, soit une trentaine de personnes - affectées par ces événements n'ont pas voulu réintégrer leurs logements malgré l'accompagnement de la direction départementale de la sécurité publique, qui a établi que leurs cinq appartements n'étaient pas squattés.

Des solutions de relogement temporaire en appart-hôtel du centre ville, ont toutefois été trouvées en lien avec l'organisme "Marseille Habitat".

Ces familles disent avoir fait l'objet de menaces de la part de squatteurs de leur immeuble.

Le Parc Kalliste est dans le viseur des autorités depuis plusieurs années. Il fait partie des 17 "sites en suivi national" du plan initiatives copropriétés, initié par le gouvernement. Ce programme doit lutter contre l'habitat dégradé dans les grands ensembles d'immeubles.

Quatre autres cités de Marseille font partie de ce plan, comme le Parc Corot gangréné par la violence et les réseaux de prostitution.

L'ensemble du quartier du Parc Kalliste doit être réhabilité dans le cadre d'un programme de l'ANRU (l'agence nationale pour la rénovation urbaine).

Deux bâtiments du Parc Kalliste, le B et le H ont déjà été démolis. Le bâtiment "G" doit subir le même sort prochainement. "Nous devons travailler avec les propriétaires  pour acquérir les logements et trouver des solutions pour les locataires. " Et concernant les appartements squattés, le préfet précise qu'ils pourraient être évacués par la police dans les prochains jours.

Dans "Morandini Live" le ton monte en direct entre Samia Ghali, maire adjointe de Marseille, et une habitante de la cité du Parc Kalliste: Vous venez que quand vous êtes en campagne !. On est pire que les favelas.

Mise à jour 12 mai 2022

Les forces de l'ordre ont entamé mardi, matin 10 mai, l'évacuation d'appartements squattés au Parc Kalliste, une cité dans le 15e arrondissement de Marseille...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 15 Février 2021

"Tuez-les Tuez-les" : Un guet-apens tendu par plusieurs individus à des policiers dans un quartier de Poissy (78)

Des policiers ont été pris à partie samedi 13 février, à Poissy (78) par une trentaine d'individus. La scène s'est déroulée aux alentours de 17h50, rue de Villiers, dans le quartier Beauregard.

Sur une autre vidéo mise en ligne par le syndicat indépendant des commissaires de police (SICP) : "Après Poissy, c'est à Villiers Le Bel, que nos collègues ont été agressés! Ici, les policiers sont la cible de tirs de mortiers intensifs, qui peuvent les blesser grièvement! Cette haine anti-Police, d'une minorité de voyous, est le quotidien de nos collègues".

Selon les informations du site actupenit.com , Ce lundi 15 février, un jeune stagiaire affecté au commissariat de Mulhouse (68), a été retrouvé sans vie à son domicile.

Depuis le 1er janvier 2021, se sont onze membres des forces de l'ordre qui ont décidé de mettre fin à leurs vie. 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 18 Janvier 2021

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 27 Novembre 2020

Le professeur Didier Raoult cité parmis les meilleurs chercheurs du HighlyCited2020

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 14 Novembre 2020

Coronavirus : Les 5 gestes pour sauver des vies
Coronavirus : Les 5 gestes pour sauver des vies
Coronavirus : Les 5 gestes pour sauver des vies
Coronavirus : Les 5 gestes pour sauver des vies
Coronavirus : Les 5 gestes pour sauver des vies
Coronavirus : Les 5 gestes pour sauver des vies

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 13 Septembre 2020

Chevaux mutilés, tués: la police au point mort, le gouvernement met en place une cellule d'accompagnement
Chevaux mutilés, tués: la police au point mort, le gouvernement met en place une cellule d'accompagnement
Chevaux mutilés, tués: la police au point mort, le gouvernement met en place une cellule d'accompagnement
Chevaux mutilés, tués: la police au point mort, le gouvernement met en place une cellule d'accompagnement
Chevaux mutilés, tués: la police au point mort, le gouvernement met en place une cellule d'accompagnement

Un homme a été arrêté ce lundi 7 sptembre à Nambsheim dans le Haut-Rhin (68) dans l'enquête sur les mutilations de chevaux. Il est suspecté d'avoir attaqué des chevaux dans l'Yonne. Ces derniers mois en France, plus d’une trentaine de mutilations d'équidés ont été recensées, dans tout le pays.

Il est suspecté d'avoir infligé des sévices à un cheval et deux poneys, dans la nuit du 24 au 25 août, à Villefranche-Saint-Phal dans l'Yonne : un homme âgé de 50 ans a été interpellé ce lundi à Nambsheim dans le Haut-Rhin, par les gendarmes de la section de recherche de Dijon. Il a été placé en garde à vue mais il nie être impliqué dans cette affaire selon franceinfo. Par ailleurs, des perquisitions à son domicile n'ont pour le moment rien donné, d'après les informations de France Inter, mais du matériel informatique a été saisi.

Plusieurs recoupements ont mis les enquêteurs de la section de Recherche de Dijon sur la piste de cet homme qui a des antécédents judiciaires en Allemagne en lien avec des sévices sur animal, a précisé le parquet de Sens à France Inter.

C'est la première arrestation dans cette affaire. Des dizaines de mutilations de chevaux ont été recensées depuis le début de l'année 2020 dans plusieurs départements français et se sont intensifiés pendant l'été. Ce lundi soir, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie rendent visite à une éleveuse de chevaux installée dans l'Oise, dont des équidés ont été victimes de cette série de mutilations.

 

Vous trouverez ci-après plusieurs twits sur des chevaux mutilés, tués dans plusieurs département du pays :

Les cas, toujours choquants pour les bêtes survivantes et les propriétaires, ne cessent de se multiplier, mais le mystère persiste. Si un individu a été arrêté dans le Haut-Rhin et placé en garde à vue lundi 7 septembre, l'homme a été rapidement libéré et mis hors de cause. Il était soupçonné d'avoir participé à la mutilation de deux poneys dans un centre équestre de l'Yonne. Son dossier comportait des antécédents judiciaires en Allemagne, en lien avec des sévices sur animal, mais les perquisitions effectuées et les saisies de son matériel informatique n'ont pas abouti. En raison de l'incroyable nombre de départements touchés, les enquêteurs ont toutefois une certitude : ces actes sont forcément le fait de plusieurs auteurs, d'abord pour des raisons de modes opératoires, mais aussi géographiques.

le mercredi 9 septembre 2020, le ministre de l'agriculture Julien Denormandie a twitté sur son compte "Pour soutenir les propriétaires des chevaux face à ces actes de cruauté, nous mettons en place une cellule d'accompagnement. Appelez le 0 800 738 908

Message de la gendarmerie nationale sur twitter :"La #gendarmerie a signé aujourd’hui avec des fédérations équines une convention de #partenariat pour mieux lutter contre le phénomène des #chevauxmutilés.

 
👉

Objectifs ? Partage régulier d'informations de prévention et de conseils, et sécurisation des emprises".

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 26 Avril 2020

Lorsque vous êtes victime d’une Arnaque , il est important d’effectuer un signalement de celle-ci afin d’éviter que d’autres personnes rencontrent les mêmes problèmes sur Signal-arnaques.com

Signal Arnaques vous permet  de dénoncer plusieurs types d'escroqueries : Arnaques sur les sites d'annonces, Phishing, Sites Frauduleux, Faux-profils sur les réseaux sociaux, Arnaques de loteries, Arnaques PayPal.

Pour toute tentative d'escroquerie via un site internet ou en présence d'un site présentant un contenu illicite, vous pouvez effectuer un signalement en ligne auprès des autorités : Internet-signalement.gouv.fr

Signaler un site frauduleux, un contenu illicite sur internet

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 19 Janvier 2020

Pendant la manifestation des "gilets jaunes" (acte 62) du samedi 18 janvier à Paris, dans le secteur de la Gare de l'Est, les images d'une vidéo circulant sur les réseaux sociaux ont suscité colère et indignation.

Sur cette vidéo, on peut voir un homme à terre violemment frappé par un policier. L'homme, ensanglanté, est immobilisé au sol devant la vitrine d'une enseigne. Le manifestant ne semble pas opposer de résistance aux forces de l'ordre alentours. Un policier lui assène plusieurs coups au visage.

"Pourquoi vous êtes méchants comme ça ?", demande au cordon des forces de l'ordre une témoin, qui assiste à l'interpellation et que l'on peut entendre sur la vidéo. "Oh, il frappe !", s'écrie-t-elle, prenant à partie le policier qui lui fait face. "Vous avez vu votre collègue ? Regardez ce qu’il fait. Il est en train de le frapper alors qu'il saigne. Ayez un peu de pitié. Vous êtes dégueulasses !"

Sur une autre vidéo de l’Agence France Presse (AFP), on aperçoit ce même jeune homme qui est alors menotté et maintenu au sol, placé sur le ventre.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête du chef de "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique". L'affaire a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). "Le préfet de police a demandé à la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de faire toute la lumière sur cette action en ouvrant une enquête administrative interne, confiée aux services d’évaluation et de contrôle", a indiqué la préfecture de police de Paris.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 5 Janvier 2020

Tous mes vœux pour cette année 2020 : que la joie, le bonheur et la réussite inondent votre vie !

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 1 Janvier 2020

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0