Publié le 30 Mai 2017

L214 dénonce les conditions sanitaires d'un élevage de poules en cagesL214 dénonce les conditions sanitaires d'un élevage de poules en cagesL214 dénonce les conditions sanitaires d'un élevage de poules en cages

L’association contre la maltraitance animale a déposé plainte contre un élevage de plusieurs milliers de poules en cages, en raison des "conditions sanitaires épouvantables".

L’association contre la maltraitance animale a filmé une exploitation de poules sur la commune de Chauché, en Vendée, où "près de 160.000 poules en cages" sont élevées dans "un état déplorable et des conditions sanitaires exécrables".

Selon l'association L214, l’élevage appartient aux Oeufs Geslin et fournit le groupe agroalimentaire Panzani en "ovoproduits", c’est-à-dire des produits à base d’œufs, qui peuvent notamment servir dans la fabrication des pâtes.

L214 décrit des poules "déplumées [certaines n'ont quasiment plus aucune plume], blessées dans un état dramatique [cloaque purulent], poux grouillant sur les oeufs, cadavres de poules en décomposition dans les cages".

L'association dénonce des conditions de vie révoltantes pour les poules et inquiétantes du point de vue sanitaire. L’élevage comporte également des manquements à la réglementation notamment par l’absence de litière.

Selon l'association L214 et après le lancement, d'une vidéo d'élevage de poules en cage et d'une campagne demandant au groupe Panzani d'exclure les œufs de poules élevées en cage, l'enseigne propriétaire des marques Panzani et Lustucru Frais a publié mardi 30 mai un engagement à parvenir à un approvisionnement alternatif aux cages au plus tard en 2025.

Pour Brigitte Gothière, porte-parole de L214 : "La décision du Groupe Panzani et de sa filiale Lustucru Frais contribuera à améliorer les conditions d'élevage d'un nombre conséquent de poules. La prise de conscience des enjeux éthiques liés à l'élevage des animaux a pris la forme d'un véritable mouvement de fond dans l'ensemble du secteur agroalimentaire. La disparition de l'élevage en cage, désormais programmée, reflète l'attention croissante portée par notre société à l'égard des animaux."

Le groupe Panzani assure toutefois que les œufs de l'exploitation concernée n'entraient pas dans sa chaîne d'approvisionnement. Il a immédiatement suspendu ses approvisionnements auprès de ce fournisseur et dépêché un audit par une société externe.

L214 a déposé une plainte contre l'élevage pour "maltraitance" auprès du tribunal de grande instance de La Roche-sur-Yon.

L214 dénonce les conditions sanitaires d'un élevage de poules en cagesL214 dénonce les conditions sanitaires d'un élevage de poules en cagesL214 dénonce les conditions sanitaires d'un élevage de poules en cages

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 25 Mai 2017

Vers 3 heures du matin, le feu a pris au rez-de-chaussée d'un immeuble de quatre étages dans le quartier Saint-Julien, situé dans le 12e arrondissement à Marseille.

Les quatre personnes décédées ont été retrouvées dans les parties communes, envahies par les fumées.

Parmi les victimes, figure une enfant de deux ans, a précisé le procureur de la République, Xavier Tarabeux. La tante de la jeune victime, âgé de 25 ans est décédée, ainsi que sa grand-mère de 51 ans et une femme de 38 ans. Les quatre victimes ont été découvertes dans les parties communes du bâtiment.

Les marins-pompiers ont également pris en charge un habitant brûlé à 70% qui a été transportée à l'hôpital Conception, apte à traiter les grands brûlés et deux personnes légèrement intoxiquées par les fumées ont été emmenées à l'hôpital Saint Marguerite.

Trois marins-pompiers qui sont intervenus en premier ont souffert d'un coup de chaleur, sans gravité, ont affirmé les marins-pompiers de Marseille, dans un communiqué précisant que cette intervention a mobilisé 20 engins et 70 marins-pompiers.

Au total, une vingtaine d'habitants ont été évacués. L'origine de l'incendie n'est pas encore connue. Une enquête a été ouverte et confiée à la Sûreté Départementale", a précisé le procureur.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a fait part de sa "grande émotion", dans un communiqué publié dans la matinée. Il a également rendu hommage "à l'action déterminée des personnels du bataillon des marins-pompiers", aux services de santé et aux policiers mobilisés et a salué "leur dévouement exemplaire et leur engagement sans faille".

Le maire LR de Marseille Jean-Claude Gaudin a également réagi dans un communiqué, déclarant être "profondément attristé par ce drame". 
"Mes premières pensées vont vers les familles des victimes et les riverains affectés par cette tragédie", a-t-il déclaré, présentant ses "condoléances les plus sincères".

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 17 Mai 2017

Liste des 22 membres du gouvernement Macron : Collomb, Bayrou, Le Drian, Le Maire, Hulot...

Le secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kohler, vient d'annoncer la composition du nouveau gouvernement.

 

Sont ministres :

 

 

Gérard Collomb, 69 ans, ministre d'État, ministre de l'Intérieur

 

 

 

Nicolas Hulot, 62 ans, ministre d'État, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire 

 

 

François Bayrou, 65 ans, ministre d'État, garde des Sceaux


 

 

Sylvie Goulard, 51 ans, ministre des Armées


 

Jean-Yves Le Drian, 69 ans, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères


 

 

Richard Ferrand, 53 ans, ministre de la Cohésion des territoires.


 

 

 

Agnès Buzyn, 54 ans, ministre des Solidarités et de la Santé


 

 

 

Françoise Nyssen, 66 ans, ministre de la Culture


 

 

 

Bruno Le Maire, 48 ans, ministre de l’Economie


 

 

Muriel Penicaud, 62 ans, ministre du Travail


 

 

Jean-Michel Blanquer, 52 ans, ministre de l’Education nationale


 

 

Jacques Mézard, 70 ans, ministre de l'Agriculture


 

 

 

Gérald Darmannin, 34 ans, ministre de l’Action et des Comptes publics


 

 

 

Frédérique Vidal, 53 ans, ministre de l'Enseignement supérieur


 

 

Annick Girardin, 52 ans, ministre de l'Outre-mer


 

 

Laura Flessel, 45 ans, ministre des Sports


 

Elisabeth Borne, 56 ans, ministre déléguée de la Transition écologique chargée des transports


 

Marielle de Sarnez, 66 ans,  est ministre déléguée chargée des Questions européennes

 

 

 

Sont nommés secrétaires d’État :

 

 

Christophe Castaner, 51 ans, Relations avec le parlement et Porte-Parole gouvernement


 

 

Marlène Schiappa, 34 ans, Egalité entre les femmes et les hommes


 

 

Sophie Cluzel, 56 ans, Personnes handicapées


 

 

 

Mounir Mahjoubi, 33 ans, Numérique

 

 

 

Avec 11 femmes et 11 hommes, en comptant ministres et secrétaires d'État (mais pas le Premier ministre), le gouvernement est, comme annoncé, paritaire.

Le président Emmanuel Macron réunira le Conseil des ministres le jeudi 18 mai 2017 à 11 heures.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 14 Mai 2017

À quelques mois de la fin du mandat présidentiel de François Hollande, "Les Guignols" ont décidé de dresser son bilan sur Canal Plus.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 13 Mai 2017

Emmanuel Macron annoncera lundi 15 mai le nom de son Premier ministre.

Le député LR de l'Eure, Bruno Le Maire, a demandé vendredi soir à Emmanuel Macron de "faire des gestes" vis-à-vis des électeurs de la droite et du centre en nommant un Premier ministre issu de leurs rangs.

Dans une déclaration à France Bleu et à l'AFP, à l'issue d'une réunion électorale à La Couture-Boussey, dans la 1ère circonscription de l'Eure, l'ancien ministre a répété qu'il était prêt "avec d'autres élus de droite, à travailler avec le président de la République". 

"Sous réserve", a-t-il toutefois ajouté, "que lui-même fasse des gestes vis-à-vis de cet électorat de la droite et du centre qui a voté pour lui au second tour de l'élection présidentielle". "Ces gestes, c'est notamment la nomination d'un Premier ministre qui soit issu de la droite et du centre", a-t-il ajouté.

Interrogé sur le fait de savoir si le maire LR du Havre, Edouard Philippe, pressenti pour Matignon, serait un bon choix, Bruno Le Maire a simplement répondu que "c'est au président de la République et à lui seul de décider".

"S'il y a une vraie recomposition, si nous avons demain une majorité suffisamment large qui puisse aller du centre gauche jusqu'aux gaullistes (...) est-ce que c'est pas ça, dans le fond, la solution qui fera le mieux avancer notre pays", a-t-il estimé, plaidant pour un quinquennat utile.

Le candidat malheureux à la primaire de la droite et du centre n'aura pas de candidat de la République en marche ! (REM) face à lui lors des législatives. 

Ses affiches de campagne ne montrent pas le sigle de son parti, Les Républicains (LR). "Je me présente en tant qu'homme de droite libre", a-t-il dit.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 4 Mai 2017

Accusation de compte offshore aux Bahamas : Emmanuel Macron porte plainteAccusation de compte offshore aux Bahamas : Emmanuel Macron porte plainteAccusation de compte offshore aux Bahamas : Emmanuel Macron porte plainte

Emmanuel Macron, le candidat du mouvement En marche ! à la présidentielle a déposé plainte, jeudi 4 mai, pour "faux et usage de faux" et "propagation de fausse nouvelle destinée à avoir une influence sur le scrutin".

Cette plainte fait suite à la diffusion sur les réseaux sociaux notamment sur Twitter, relayée par des soutiens de Donald Trump, puis s'est retrouvée "dans la sphère d'influence de comptes associés, en France, à Sputnik et à RussiaToday", affirme En marche !. 

Dans les dernières minutes du débat, Marine Le Pen a par ailleurs lancé à Emmanuel Macron : "J’espère qu’on n’apprendra pas que vous avez un compte offshore aux Bahamas", tout en s'interrogeant sur sa déclaration de patrimoine. 

"Non je n'ai pas de compte aux Bahamas", a rétorqué jeudi 4 mai sur France inter le candidat du mouvement En marche! avant de porter plainte contre X.

"Je n'ai jamais eu de compte dans quelque paradis fiscal que ce soit (...) Mme Le Pen lance cela. Elle a derrière des troupes sur Internet qui se mettent en place", a-t-il ajouté. Emmanuel Macron accuse les "alliés" de la candidate du FN de l'avoir "matraqué de fausses annonces et mensonges" pendant la campagne et d'être "pour certains liés à des intérêts russes".

Ces documents, d'abord publiés sur des forums étrangers, puis massivement partagés sur les réseaux sociaux "sont des faux évidents", affirme l'entourage d'Emmanuel Macron.

L'équipe de Macron n'a pas tardé à réagir, revenant tôt jeudi matin sur les différentes étapes de la diffusion de cette "fake news" et observant que l'article en question a été partagé plusieurs milliers de fois sur Twitter. D'une publication anonyme sur le forum 4chan à la reprise en direct lors du débat télévisé.

L'équipe fait aussi état de "faux grossiers", imitant la signature d'Emmanuel Macron sur des documents. "Ça fait un peu rumeur bâclée, généralement ceux qui sont à l'origine des fake news sont plus forts. Par exemple, ils inventent une histoire sur la manière dont les documents ont fuité. Là, il n'y a que deux documents pour appuyer la rumeur, c'est un peu faible", a déclaré Mounir Mahjoubi, directeur de la campagne numérique. 

Selon l'équipe de Macron, "cette tentative de déstabilisation a mobilisé des moyens importants et repose sur une préparation minutieuse". Elle assure que "toutes les suites judiciaires requises seront naturellement données".

Sur BFMTV et RMC, Marine Le Pen a nié vouloir porter des accusations contre l'ex-ministre de l'Économie. "Je lui ai posé la question, je ne veux pas qu'on découvre (...) des choses, peut-être trop tard, qui concernent Emmanuel Macron. On n'a même plus le droit de lui poser des questions?", a-t-elle répété à plusieurs reprises.

Son compagnon, le vice-président du FN Louis Aliot, a quant à lui indiqué sur Europe 1 qu'"il y a deux sites américains aujourd'hui qui parlent justement d'une évasion fiscale de M. Macron, on verra ce que c'est". "Sûrement que ça sortira dans la journée", a-t-il dit.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire des chefs de divulgation de fausse nouvelle en vue de surprendre ou détourner les suffrages, faux, usage de faux, recel de faux.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 2 Mai 2017

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0

Publié le 1 Mai 2017

Comme chaque premier mai, Jean-Marie Le Pen a organisé ce lundi un rassemblement "des patriotes" place des Pyramides, à Paris, sous la statue de Jeanne d'Arc.

Le reporter de L'OBS Julien Bouisset a constaté des saluts ambigus rappelant les saluts nazis, pendant que la foule scandait "la France aux Français" ou encore "Islam hors d'Europe".

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0