L'ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger condamné

Publié le 13 Février 2019

 

Christophe Dettinger a été condamné à un an de prison ferme et à 18 mois de prison avec sursis.

L'ex-boxeur professionnel champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, était jugé à Paris pour avoir violemment frappé deux gendarmes le 5 janvier, en marge du huitième samedi de mobilisation des Gilets jaunes. Il va être maintenu en détention, mais sa peine de prison ferme pourra être aménageable.

"Monsieur Dettinger, cela veut dire que ce soir vous dormez en prison. D'ici cinq jours, vous passerez devant le juge d'application des peines d'Évry, qui va mettre en place un régime de semi-liberté : vous dormirez en prison, mais vous pourrez continuer à travailler", a expliqué la présidente du tribunal. L'ex-boxeur a également interdiction de se rendre à Paris pendant six mois.

Christophe Dettinger devra indemniser ses victimes, respectivement à hauteur de 2.000 et 3.000 euros.

Le procureur avait requis trois ans dont un de sursis avec mise à l’épreuve et demandé le maintien en détention du prévenu, pour un geste d’une "violence inouïe " contre deux gendarmes, dont l’un s’est vu prescrire 2 jours d’ITT et l’autre n’a toujours pas repris le travail, après 40 jours.

Hugues Vigier, l'avocat de Christophe Dettinger, a exprimé son soulagement car "Christophe Dettinger, dans les cinq jours qui viennent, va remettre un pied dehors, reprendre son travail".

L'avocat des parties civiles Jean-Philippe Morel, de l'Association professionnelle nationale militaire "Gendarmes et Citoyens", a, quant à lui, estimé que "la gravité des faits a été reconnue", évoquant une décision "sage et équilibrée".

L'audience avait démarré avec la projection de vidéos des faits. Sur les images, ce père de famille de 37 ans, fonctionnaire territorial en Essonne, frappe un gendarme au sol puis assène une série de coups de poing à un gendarme sur la passerelle  Léopold-Sédar-Senghor.

À la barre, Christophe Dettinger a dit regretter son geste, qu’il avait par ailleurs "expliqué" dans une vidéo. "J’ai voulu empêcher une injustice et j’en ai créé une autre", a-t-il dit

Quand, il a été invité à s’exprimer une dernière fois avant que le tribunal n’entre en délibéré. Christophe Dettinger a plongé ses yeux dans ceux du jeune gendarme de 27 ans, assis au banc des parties civiles.

"Monsieur le gendarme, je suis coupable de tous les coups que je vous ai portés. Je suis conscient que cela a pu vous toucher physiquement et psychologiquement. Je n’en suis pas fier. Ce n’est pas mon état d’esprit. J’ai été un styliste, un technicien de la boxe, pas un bagarreur. Je ne peux pas comparer la boxe à cet acte. Je n’étais pas venu pour en découdre. Tout a basculé en deux minutes et je m’en veux terriblement. Je vais devoir vivre avec ça. Avec les regards sur moi. Comment je vais faire pour croiser ceux des parents des copains de classe de mes enfants ?".

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article