Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de marseille-nord-savoir

Publié le par Pierre HAMMADI

La communauté musulmane de France est invitée, dimanche 31 juillet, à se joindre aux messes qui auront lieu dans tout le pays.

Ce dimanche est le premier depuis l’assassinat du Père Jacques Hamel, mardi 26 juillet, par deux hommes se réclamant de l’organisation Etat islamique dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a invité ses fidèles à se rendre dimanche dans les églises pour exprimer "solidarité et compassion", et la Conférence des évêques de France a appelé les paroisses à leur réserver un "accueil fraternel".

Les trois sœurs retenues dans l'église par Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean se sont confiées à l'hebdomadaire La Vie :

Selon la sœur Huguette Péron, l’un des deux hommes est entré dans l’église quelques minutes avant l’attaque pour demander un renseignement, puis il est revenu vêtu de noir et accompagné d’un autre homme. "Ils étaient très énervés. Ils ont proféré une sorte de slogan en arabe puis nous ont reproché en français le fait que "nous, les chrétiens, nous ne soutenions pas les Arabes”.

"Les sœurs racontent que les deux hommes ont fait s’agenouiller le prêtre et placé une caméra entre les mains d’un paroissien. "C’est là que l’un d’entre eux a porté le premier coup sur [la] gorge [du père Hamel]. Je suis alors partie", raconte Danielle Delafosse, qui a arrêté une voiture et demandé au conducteur de contacter la police.

Les deux jeunes terroristes ont "changé d'attitude" une fois leur meurtre commis, leur "énervement" et leur "agressivité" se dissipant avant qu'ils n'entament "une conversation totalement surréaliste".

Sœur Hélène est interrogée par l'un des jihadistes sur le Coran. "Oui, je le respecte comme je respecte la Bible, j’ai déjà lu plusieurs sourates", explique la religieuse qui souligne qu'elle a été frappée par "les passages sur la paix". Une remarque qui aurait "touché" son interlocuteur.

"La paix, c’est ça qu’on veut. Quand vous passerez à la télévision, vous direz à vos gouvernants que tant qu’il y aura des bombes sur la Syrie, nous continuerons les attentats. Et il y en aura tous les jours. Quand vous arrêterez, nous arrêterons", aurait déclaré le jeune homme.

L'autre terroriste aurait par ailleurs discuté de Jésus à sœur, Huguette. "Jésus ne peut pas être homme et Dieu. C’est vous qui avez tort", aurait-il dit.

Pas d'accord mais évidemment sous la menace, la religieuse a raconté à l'hebdomadaire La Vie qu'elle avait répondu : "Peut-être, mais tant pis", expliquant qu'elle ne "voulait pas mettre de l’huile sur le feu et ne pas renier" ses convictions.

"On ne peut pas accepter cette violence. C’est inacceptable. Ce ne sont pas de vrais musulmans", déplore aujourd'hui sœur Danielle. Celle, qui est parvenue à prendre la fuite, et a pu donner l'alerte mardi, le jour de l'attaque.

La communauté musulmane de Saint-Etienne-du-Rouvray ne veut pas qu’Adel Kermiche soit inhumé dans un des deux carrés musulmans de la commune.

Mohammed Karabila, responsable de la mosquée Yahya et président de l’association culturelle musulmane stéphanaise, a résumé sa position ainsi, samedi : "On ne va pas salir l’islam avec cette personne. Nous ne participerons ni à la toilette mortuaire, ni à l’inhumation."

Près de 2.000 fidèles catholiques et au moins une centaine de musulmans ont rendu un vibrant hommage au père Jacques Hamel assassiné mardi 26 juillet, lors d'une messe dominicale célébrée ce 31 juillet par l'archevêque Mgr Dominique Lebrun, placée sous le signe de la paix, dans la cathédrale de Rouen.

"Nous accueillons particulièrement ce matin nos amis musulmans", a commencé Mgr Lebrun, après quelques paroles en latin. "Ils ont souhaité nous rendre visite ce matin. Je vous en remercie au nom de tous les chrétiens. Vous affirmez ainsi que vous refusez les morts et les violences au nom de dieu. Comme nous l'avons entendu de vos bouches que nous savons sincères, ce n'est pas l'islam", a-t-il déclaré.

"Notre monde se découvre solidaire d'un bout à l'autre de la planète. Les injustices entre les peuples deviennent insupportables. Devant l'horrible et injuste mort d'un simple prêtre, des messages parviennent du monde entier. C'est l'espérance en marche", a-t-il ajouté.

Commenter cet article