Terrorisme : Arrestation d'un Français en Ukraine soupçonné de préparer 15 attentats en France pendant l'Euro 2016

Publié le 6 Juin 2016

Les services secrets ukrainiens ont mis en ligne une vidéo de l'arrestation du Français. On le voit charger des caisses de munitions dans le véhicule puis se faire interpeller au moment où il allait démarrer.

Un Français de 25 ans a été arrêté en Ukraine à la fin mai, "alors qu'il s'apprêtait à franchir la frontière avec la Pologne", selon les informations de M6. Il était en possession d'armes et 125 kg d'explosifs, a annoncé lundi 6 juin à Kiev le chef des services de sécurités ukrainiens, cité par l'AFP.

L'homme originaire de Bar-le-Duc (Meuse) préparait 15 attentats terroristes qui devaient être commis durant l'Euro 2016 en France.

Inconnu des services de police, ce Lorrain, employé comme inséminateur dans une coopérative agricole du Bas-Rhin, a été interpellé à la frontière ukraino-polonaise par les gardes-frontières.

Les autorités ukrainiennes l'ont arrêté en possession de 125 kilos de TNT et ont trouvé en inspectant son véhicule cinq fusils d'assaut Kalachnikov, plus de 5.000 munitions, deux lance-roquettes antichar et 100 détonateurs. Les services secrets ukrainiens ont travaillé six mois avant de procéder son arrestation.

Il avait fait part de son opposition à "la politique de son gouvernement concernant l'arrivée massive d'étrangers en France, la diffusion de l'islam et la mondialisation".

Une perquisition a été menée au domicile du Français à Nant-le-Petit, un village de la Meuse de 80 habitants. "Elle n'a rien révélé de particulier. Un tee-shirt siglé d'un groupe d'extrême droite a été saisi", a affirmé une source policière.

Interrogé par l'AFP, Le maire de Nant-le Petit, Dominique Pensalfini-Demorise, a dressé le portrait d'un "gamin très agréable avec ses voisins, intelligent et sympathique, qui était prêt à rendre service."

Le terroriste présumé, qui est actuellement détenu par les autorités ukrainiennes, pourrait faire l'objet d'une demande d'extradition de la part des autorités françaises.

Dimanche 5 mai, François Hollande déclarait que la menace contre la sécurité "existe" et "vaut pour un temps qui sera long", "donc il faut que l'on prenne toutes les garanties pour que cet Euro 2016 soit réussi".

Rédigé par Pierre HAMMADI

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article